A propos des "laits végétaux"

Dernière mise à jour : 7 févr.

Les boissons à base d'oléagineux, communément baptisées "laits végétaux", n'ont rien de comparable avec du lait si ce n'est la couleur d'un blanc éclatant.

Et si on critique souvent certains produits, on en connait souvent peu à propos de leurs substituts.

  • Mais qu'est ce qu'un "lait végétal" ?

Il s'agit de graines réduites sous forme de farines lesquelles seront ensuite mélangées à de l'eau. A ce mélange est ajouté du sucre et parfois même des additifs afin de stabiliser l'émulsion.

(une émulsion c'est le mélange de 2 produits qui ne peuvent pas se mélanger comme de l'eau et de l'huile)

Les graines utilisées ayant une forte teneur en matières grasses, leurs farines ne peuvent pas se mélanger dans de l'eau sans aide chimique ou et/ou mécanique.

Pour la partie chimique, on a recours à une famille d'additifs permettant ce mélange : les émulsifiants. Ces émulsifiants sont naturellement présents dans les œufs (pour lier la mayonnaise) ou le lait. Ils ont la capacité de se lier chimiquement, à la fois avec une partie hydrophile (l'eau) et une partie hydrophobe (l'huile) ce qui permet de mélanger parfaitement deux éléments qui ne pourraient pas l'^être à l'état naturel

On trouve aussi des émulsifiants dans le savon (mais ça, ce n'est pas comestible).

Pour ce qui concerne le procédé mécanique, on a recours à l'homogénéisation. Ainsi, on réduit les tailles des globules gras à une taille si petite qu'ils sont dispersés dans le mélange et trop éloignés pour se rassembler.


Par exemple, le "lait de soja" est préparé industriellement à partir de graines trempées, dépelliculées, broyées, mélangées à de l'eau, puis cuites. L'ensemble est homogénéisé puis conditionné de manière stérile.


  • Pourquoi en consomme-t-on ?

Les laits végétaux sont consommés pour une variété de raisons, y compris de santé (dont intolérance au lactose, allergie au lait, problèmes de santé aggravés par la consommation de protéines animale,), le choix d'une alimentation végétalienne, véganisme, pour des raisons éthiques (opposition à l'exploitation animale), pour des raisons environnementales (pollution des eaux), climatiques (gaz à effets de serre issus de l'exploitation de bovins), pour des raisons religieuses, le refus du lait de vache ou d'autres mammifères, considéré comme malsain ou désagréable, ou tout simplement par goût.

Certains individus ont parfois considéré le lait végétal comme un « substitut » au lait d’origine animale, le mot « lait » se référant généralement au lait de vache, le plus répandu dans les pays occidentaux, occasionnant des confusions alimentaires parfois malheureuses.


Dans les pays occidentaux, los habitudes de vie et d'alimentation poussent vers la consommation de lait : dans sa boisson chaude du matin, en dessert, pour accompagner des céréales...

Le besoin de lait "brut" chez l'adulte en bonne santé n'est pas une nécessité.

On peut remplacer le lait des céréales par un kéfir de lait, un yaourt au lait de brebis

En revanche, le lait "transformé", comme les vrais yaourts ou les fromages fermiers au lait cru, présente un réel intérêt (et une source de plaisir gustatif assuré) : source de calcium, de probiotiques, de minéraux...

Là, il faut être vigilent; c'est quand la dérive vers les produits végétaux, est due à un effet de mode et surtout une grosse politique marketing des lobbying agroalimentaires et céréaliers: le lait étant présenté comme porteur de beaucoup de méfaits.


  • Alors comment faire au plus juste ?

S'il est vrai que le lait peut engendrer dans certains cas précis, des problèmes de digestion ou des états inflammatoires ponctuels. S'il est évident que le lait animal obtenu de manière industrielle n'est pas produit de façon éthique, respectueuse de l'environnement ou de l'animal etc...

Se tourner vers les laits végétaux pourrait revenir à remplacer "la peste par le choléra".

Certes les "laits végétaux" sont moins inflammatoires (car pas démontrés pour le moment) mais certains sont enrichis en sucre raffiné (lait de riz), d'autres sont très gras (lait de coco), ou encore nutritionnellement pauvre (lait d'amande) voire même sont désignés comme perturbateur endocrinien (lait de soja).

Le mode d'exploitation du lait de coco est pire que celle de l'huile de palme.


... il n'existe donc pas de "vraie bonne solution" et aucun choix ne semble meilleur qu'un autre.


Si vous souhaitez stopper la consommation de lait d'origine animale, peu importe la raison : pensez à revoir vos habitudes de vie plutôt que de substituer un produit par un autre.

Un dessert végétal, ok... de temps en temps... pour le plaisir.

Vos céréales sont également délicieuses avec de l'eau (oui, oui) ou du Kéfir de fruits (probiotiques garantis).

Le nuage dans toutes vos boissons chaudes est il réellement nécessaire ?

Renseignez vous sur la façon dont est produite la matière première qui constitue le produit que vous souhaitez utiliser (gare aux logos prometteurs comme le Bio...)


Il n' y a pas de mauvais ou de bon choix, mais soyez conscients

- qu'une bonne alimentation est une alimentation variée

- qu'il n'y a pas de "bonne" façon de faire qui soit immuable dans le temps

- que le plaisir et la santé sont les véritables guides vers le bien-être.





187 vues0 commentaire