Bio ou pas Bio... ?

Dernière mise à jour : 7 févr.


Pour se nourrir au quotidien, beaucoup optent pour le bio de façon confiante : pour eux, manger "bio" est un gage de produits de bonne qualité / "sains" / moins chargés en pesticides etc...

Cette idée n'est que partiellement vraie, hélas.

Petit rappel sur le Bio et ses origines...

Pour faire simple et rapide, à son commencement, l'alimentation Bio avait pour but d'améliorer les conditions de productions agricoles, en respectant à la fois l'Homme et l'environnement. On utilisait moins de pesticides et d'engrais grâce à des méthodes anciennes et efficaces qui permettaient d'obtenir des produits moins chargés en produits toxiques et donc moins nocifs pour l'environnement comme pour notre santé, en comparaison aux mêmes produits issus de "l'agriculture conventionnelle".

Afin de formaliser cette excellente mouvance qui remettait l'homme et son environnement au cœur des préoccupations au dépend de la surproduction, les conditions de production des produits Bio bruts et transformés, ont été encadrées grâce à une série de lois. D'abord pour le territoire français et un peu plus tard pour tout le territoire européen.

Le reste du Monde a suivi, mais ça c'est une autre histoire.

Aujourd'hui... la chanson n'est plus la même !

Le bio est tombé dans les dérives Marketing qui visent souvent à nous faire acheter plus et à des prix plus élevés.

Aujourd'hui, si on consomme des produits Bio, c'est pour se préserver de potentiels risques liés à la surconsommation de produits phytosanitaires dangereux (pesticides etc...) plutôt que par soucis de l'environnement.

Malheureusement (et comme si souvent), ces produits ont beaucoup de travers inconnus du grand public.

Les "valeurs" des produits Bio ne sont pas les mêmes partout dans le monde.

Le label Bio ne garantit pas l'absence de pesticides si le produit provient d'un pays hors Union Européenne. Par exemple, les bananes Bio de République Dominicaine contiennent 14 fois plus de pesticides que les bananes non Bio produites en Guadeloupe ou en Martinique.

Regardez donc ce lien qui traite des mensonges du Bio à l'international...

Idem avec le plastique et les produits Bio...

Je suis personnellement stupéfaite que l'on puisse emballer des produits estampillés "Bio", de toute provenance possible, sous des films plastiques , avec suremballage à gogo et autres blisters.

Le plastique est nocif à l'environnement pour toutes les raisons que l'on connaît : il semble donc paradoxal d'emballer un produit fabriqué dans des conditions favorables à l'environnement dans un emballage qui lui nuit gravement !

Idem pour les consommateurs : le plastique n'est pas sans interaction avec les produits qu'ils "protègent". Certaines molécules (notamment des perturbateurs endocriniens) migrent vers les aliments et nous les ingérons à nos dépends.

Foie abimé, reins usés et prises de poids inexpliquées...

Consommer des aliments Bio conditionnés sous plastique semble être une aberration : cela revient à absorber des produits toxiques issus du plastique qui l'entoure alors que l'on cherche à fuir les éléments toxiques phytosanitaires, entre autre. Paradoxal, non ?

Et puis des tomates bio en plein hiver... suis-je la seule étonnée ?

Consommer un légume ou un fruit pendant sa période de récolte, c'est offrir à son corps tous les bienfaits de celui-ci, certes. Mais surtout, c'est offrir à ses papilles un produit avec du goût, de la texture et des saveurs !


Consommer Bio n'est une garantie absolue de consommer mieux.

Soyons des consommateurs intelligents et avertis : consommons de saison, local, fermier, issus de l'agriculture biologique européenne (voire française) et limitons l'usage du plastique en contact direct avec les aliments, aussi souvent que possible.



21 vues0 commentaire