Tisanes, potions et autres trésors des bords de nos chemins : cueillir, sécher et préparer.

Dernière mise à jour : 15 juin

Nos ancêtres avaient des connaissances incroyables pour utiliser notre environnement pour guérir beaucoup de nos maux du quotidien : douleurs articulaires, démangeaisons, maux de ventre, rhume ou mauvaise toux...
​La nature nous donne beaucoup. A nous de savoir en faire bon usage.

​Savoir reconnaître, faire sécher puis conserver les plantes demandent quelques éléments de connaissances avant de se lancer dans l'aventure.

Savoir préparer ces dernières est d'autant plus agréables quand on les a cueillies soi-même ou quand les a acheté auprès d'un.e passionné.e qui saura vous présenter ses techniques de séchage, conservation etc...


Comment cueillir vos plantes ?

Il existe un certain nombres de règles pour cueillir des plantes : la plus importante, à mes yeux, est la quantité cueillie. Pour les autres, il est indispensable de se référer à la réglementation en vigueur.

- On ne ramasse jamais plus du tiers des plantes que l'on trouve sur le lieu de cueillette.

Les raisons en sont simples : un tiers restant pour les autres cueilleurs (qui eux mêmes ne devraient cueillir qu'un tiers des plantes trouvées), un tiers restant pour la nature !

- Il est préférable de partir en sachant quelles plantes vous souhaitez cueillir et pourquoi vous souhaitez les utiliser pour éviter le potentiel gaspillage.

- Pas de saison idéale pour la cueillette : cela dépendra de la plante. Par contre, on préférera un temps sec, sans rosée ni orage pour ramasser les plantes choisies.


Quand cueillir vos plantes ?

En fonction de la partie de la plante que l'on souhaite utiliser, on pourra respecter les conseils suivants :

- Les tiges de plantes (tiges fines, herbacées) et les feuilles peuvent être récoltées quand la fleur apparaît.

- Les tiges de plantes (tiges épaisses, écorces) peuvent être récoltées avant l'apparition des bourgeons ou encore juste après la chute des feuilles.

- Les racines vont se récolter à l'automne ou au printemps selon qu'il s'agit d'une plante annuelle ou pas.

- Les rhizomes et les tubercules : à l'automne ou au printemps, comme les racines.

- Les fleurs et les bourgeons seront récoltés avant leur complet épanouissement.

(sources : Phytothérapie Ooreka).


Comment les conserver ?

Une fois ramassées, les plantes doivent être parées, c'est-à-dire, débarrassées de toutes poussière, parties fanées, insectes... avant d'être mises à sécher.

Pour les sécher, mieux vaut les garder entières pour éviter le risque d'oxydation qui rendrait moins efficaces les principes actifs.

Chaque partie de la plante se sèche à sa manière.

Les feuilles, fleurs et fruits sont séchés à l'abri de la lumière dans un lieu sec & respirant. On pourra suspendre les plantes en bouquet la tête en bas, dans un endroit sec et chaud non exposé à la lumière, comme un grenier ou une soupente.

Les écorces & racines sont mises en séchage au soleil en extérieur, cela demande du temps.

Les racines doivent être nettoyées & découpées en rondelles. Elles peuvent également être séchées au four à très basse température.

Pour les conserver, les plantes séchées se conservent à l'abri de la lumière dans un contenant aéré, tel qu'un carton, un sachet kraft, ou un pot en verre teinté non étanche.


Comment préparer les plantes pour les consommer ?

​Penser à les réduire en petits morceaux vos plantes. Ceci permet d'augmenter la surface d'échange, c'est-à-dire de permettre d'extraire plus facilement les principes actifs puisqu'une plus grande surface de la plante séchée sera au contact de l'eau.


Mais qu'est-ce qu'une vraie tisane... ?

Une tisane qui a des réelles vertus thérapeutiques ce ne sont pas des sachets vendus dans le commerce... ça se sont des "tisanes plaisir" : elles donnent du goût mais rien de plus car la partie de la plante qui est efficace est en quantité moindre. Elles sont agréables et à consommer pour le plaisir mais n'auront pas de réel impact sur le mal visé.

Une VRAIE, c'est une tisane préparée à partir de tout ou partie d'une plante, réduite en petits morceaux après avoir été séchée. On en met l'équivalent de 2 cuillères à café par tasse sur lesquelles on verse de l'eau frémissante (mais pas bouillante). On couvre et on attend 5 à 10 minutes, le temps que la plante libère ses principes actifs = c'est l'infusion.

Ensuite, on filtre et on "essore" les plantes détrempées pour en extraire les derniers principes actifs.

La différence avec une décoction ?

La décoction est le mode de préparation à privilégier pour les parties plus rigides et fibreuses de la plante telles que les racines, certaines graines ou encore l’écorce.

Le principe change légèrement par rapport à l’infusion : on mettra les plantes dans une casserole d’eau froide pour les faire chauffer tout doucement jusqu’à ébullition, les laisser bouillir pendant le temps indiqué, puis couper le feu et laisser infuser à couvert.

On filtrera tout en pressant les plantes détrempées puis on pourra boire (chaud ou froid).

Quelques conseils pour la dégustation

On peut boire des tisanes de façon ponctuelle : de la valériane pour retrouver un sommeil réparateur, de l'aspérule odorante pour limiter le stress avant un examen...

Quelques règles sont impératives, l'utilisation de plantes n'étant pas anodin !

Pas plus de 3 tasses par jour, toute tisane/décoction confondue.

Pas plus de 3 semaines de cure : si vous décidez de faire une cure (et je vous encourage à demander conseils à votre pharmacien ou mieux... à votre naturopathe préférée💕 ... avant de débuter ce genre de cure).

Pause d'une semaine sans plante ni dérivés entre chaque cure : c'est qu'on appelle la fenêtre thérapeutique.

Achetez vos plantes en vrac auprès en pharmacie, en herboristerie ou en magasin spécialisé.

​Et si vous voulez ajouter du miel 🍯 : pas à plus de 40°C sinon celui-ci dégage des composés toxiques.

​A votre santé ☕


Quelques exemples...

Macérât huileux de Pâquerettes contre les irritations.

Macérât huileux de Millepertuis contre les coups de soleil et les brûlures.

Alcoolat de laitue sauvage pour calmer les grands insomniaques.

Tisane d'Achillée Millefeuille après une gastroentérite, pour les règles trop abondantes ou en cataplasme pour la cicatrisation.

Décoction d'Aubier de tilleul pour "décrasser" les organes filtrants (les émonctoires) au printemps.

Tisane de Pissenlit pour se sentir plus léger après un bon repas, bien arrosé ou soulager certaines constipations.

(oui, il existe plusieurs sortes de constipations...).

Tisane de Bouillon blanc pour calmer un rhume ou une toux.

Feuilles de plantain écrasées pour apaiser le feu des orties et les piqûres.

Tisane de tilleul pour se sentir apaisée peu avant l'orage ou l'aspérule odorante pour soulager les "sautes d'humeur" dus aux troubles prémenstruels...

... et j'en passe !

Toutes ces méthodes leur permettaient de se soigner doucement les "bobos" de tous les jours tout en cherchant à combattre leurs origines pour éviter le retour trop rapide des maux sous une forme possiblement plus grave. Le principe même de la Naturopathie !


48 vues0 commentaire