Les pulsions sucrées... les causes et les solutions

On a tous des petites fringales ou des envies de petites choses sucrées... et c'est normal tant que cela reste en quantité raisonnable et raisonné.

En effet, le sucre appelant le sucre, le risque est grand de ne pas rester dans des niveau de consommation raisonnable.

Là où ça peut être problématique c'est quand la consommation est importante et régulière.

Voici quelques-unes des raisons (et des pistes pour y mettre fin) qui pourraient être à l'origine de votre attirance pour le sucre.


1/ Régime trop strict et Privation

Nous avons un besoin en aliments (et donc en nutriments) chaque jour. En mangeant moins (en quantité), on prive notre corps d'une partie de ses besoins réels. Celui-ci nous envoie, alors, des signaux d'alerte pour retrouver l'équilibre auquel il aspire. De peur que vous lui fassiez à nouveau subir cet état de privation trop grand, le corps stocke et on grossit là où on espérait perdre du poids.

Un régime trop strict (trop restrictif), des privations (donc des frustrations) ou un repas sauté sont souvent la cause de ce besoin de sucre.


Pas de culpabilité et prenez un goûter

Vous avez une fringale en fin d'après-midi ? vous avez envie de partager le goûter avec vos enfants ?

Pas de problème, notre corps produit un pic d'insuline vers 16h30 ! C'est donc le moment idéal pour consommer un produit sucré.

Idéalement une banane, un carré de chocolat noir à 70% et/ou une poignée d'amandes : ces produits sont riches en magnésium, ont un indice glycémique bas et sont des précurseurs de la mélatonine qui permet de passer une bonne nuit.

En plus, vous aurez moins de sensation de faim en passant à table pour le dîner : et vous irez, naturellement, vers des aliments plus adaptés.


A propos du jeune intermittent

Le jeûne intermittent, c'est le truc à la mode. Il est supposé être utile pour mettre l'organisme au repos (quand il est pratiqué occasionnellement) ou aider à perdre du poids les personnes qui en ont besoin (à nuancer par rapport aux personnes qui elles, veulent perdre du poids sans en avoir besoin).

C'est vrai... à condition de le suivre de façon convenable.

Le jeune intermittent ne signifie pas manger moins et s'encadre... sinon, ça revient simplement à sauter un repas (ou à espacer les prises alimentaires) et ça a pour conséquence de vouloir manger plus sucré !

Zut alors !

Alors quelques règles de base :

On brise un jeûne avec un fruit frais ou un légume (on ne se rue pas sur le sucre, le pain ou le fromage).

On le met en place de façon progressive : si on a faim après 12h, on ne va pas au-delà... on passera à 14h puis 16h à la prochaine étape.

On envisage de se nourrir à partir d'aliments à index glycémique bas.

On préfère jeuner le soir après un goûter adapté plutôt que le matin.


2 / Fatigue, Stress et Surmenage

Fatigue et surmenage ont pour conséquence de puiser dans nos reserves en minéraux et de déséquilibrer notre microbiote intestinal.


Magnésium en fin de journée

Pas étonnant que vous ayez envie de chocolat riche en magnésium... vous en manquez sans doute. Une cure s'impose.

Une cure de magnésium peut permettre de diminuer votre fatigue tout comme vos envies de chocolat !


Microbiote intestinal déséquilibré

Votre microbiote intestinal est sensible aux changements de vie physiques et émotionnels : il se déséquilibre facilement et la variété des bactéries qui le compose est modifié facilement. Des "bonnes bactéries" sont présentes en moins grande quantité laissant la place à des bactéries consommatrice de sucre et qui vous guident vers leurs besoins pour mieux les nourrir...

D'où les désordres intestinaux quand on a un sentiment de surmenage !

Prendre des probiotiques, consommez des légumes verts et des oméga 3 devraient permettre de remettre de l'ordre.


Déséquilibre de certains neurotransmetteurs

GABA, Adrénaline, Dopamine et Cortisol... ça vous dit quelque-chose ?

Ce sont des neurotransmetteurs régulateurs de l'humeur (entre autre) de notre organisme. Une perturbation dans la production de l'un d'entre eux a des conséquences directs sur notre état physique et sur notre alimentation.


3 / Gourmandise et Surconsommation

Le sucre appelle le sucre et le sucré appelle le sucré.

Remplacer un produit par son substitut "allégé en sucre" n'est pas une solution.


Hypoglycémie réactionnelle ?

Le fait de consommer du sucre (ou du sucré) en quantité importante provoque des pics d'insuline. Ces pics sont, mécaniquement suivi de baisse importantes ayant pour conséquences de vous attirer très fortement vers le sucre.


Sinon, vous allez comment ?

Dans tous les cas, mieux vaut chercher la cause votre consommation de sucre en consultation pour pouvoir y apporter un solution durable.


Un début de solution en phyto

En phytothérapie on pourra conseiller de prendre du Gymnéma sylvestre pour ses vertus hypoglycémiante et apaiserait les pulsions sucrées.


4 / Produits industriels et Produits "allégés" (ou sans sucre)

Comme vu précédemment le produits sans sucre appelle le sucre par le goût sucré. Ils sont donc à fuir pour commencer à se déshabituer de ce besoin.

Issus de l'industrie agroalimentaire, les plats préparés et autres aliments qu'on consomme par facilité contiennent des additifs, des produits raffinés et des ingrédients transformations. Notre organisme ne possède pas les enzymes pour les digérer sous ces formes et leurs présences dans notre alimentation a des conséquences connues de tous : inflammations et déséquilibres.

Les supprimer de notre alimentation serait la solution la plus évidente et la plus radicale. Notre mode de vie est tel que nous cherchons à nous faciliter le quotidien et quoi de plus pratique que du pain complet acheté au supermarché pour agrémenter son petit-déjeuner, par exemple ?


Apprendre à consommer et comprendre les emballages

Là aussi, mon accompagnement peut être nécessaire : pour défaire les idées reçues, déchiffrer les emballages et trouver des solutions à votre portée qui améliorent votre bien-être sans être contraignant.

Intervenante à l'Université Lyon 1 en marketing agroalimentaire, j'ai longtemps enseigné comment rendre plus attirant un produit industriel.

J'interviens également auprès de paysans pour les accompagner dans la valorisation de leurs produits bien meilleurs pour notre environnement comme pour notre santé.


Aujourd'hui ma démarche est inversée : connaissant trop bien les sirènes du marketing, j'enseigne et je transmets la vigilance dans ce domaine. Je saurais vous apprendre à les reconnaître et à vous en méfier, vous permettant de consommer de manière consciente et responsable.



5 / Troubles alimentaires et Lâcher-prise

La culpabilité est souvent le point central de nos dérives alimentaires : à tout le temps vouloir faire (trop) bien on finit par perdre pied et se laisser dépasser.

Il est donc indispensable de s'accepter et de tolérer les travers d'une alimentation équilibrée avec quelques écarts.

Ne perdons pas de vue que l'alimentation est une source de plaisir, de bien-être et d'éléments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.



Les envies de sucre ont toujours une raison. Comme toujours en Naturopathie, connaître la cause d'un déséquilibre est indispensable pour le faire disparaître.
Ensemble, nous pouvons en chercher la raison pour parvenir à la canaliser, la comprendre et à la faire disparaître durablement.

#naturopathiedouce#soinsnaturels#santenaturelle#santeaunaturel#bienetre#naturopathie#naturopathiescientifique#micronutrition#biendanssoncorps#alimentationtherapeutique#carlinenaturopathe#inflammations#lasantedanslassiette#coachingdevie#naturopathiecoaching#gourmandise#silhouette#chocolat#amoureuxduchocolat





62 vues0 commentaire