Gluten or not gluten ?

Dernière mise à jour : 2 nov. 2021

La tendance nous « sert » le gluten comme responsable de beaucoup de maux.

Facteur d’inflammations des articulations ou de tissus comme dans l’endométriose, l’arthrite, la fibromyalgie, le syndrome de l’intestin irritable… au même titre que certaines autres molécules alimentaires (les globulines du lait, notamment… post à venir, promis !).

Beaucoup de personnes se ruent sur des produits à bas de Riz, Maïs par anticipation ou par soucis de bien faire… et, là encore, ce choix n’est pas forcément la meilleure solution.


Mais d‘abord, le gluten, c’est quoi ?

Le gluten est la "protéine principale" de beaucoup de céréales (Blé, Orge, Seigle, Avoine, Epeautre…)..

Il a toujours existé dans l’alimentation humaine et pourtant, il est jugé comme responsable de beaucoup de maux, depuis peu. En cause ? Le gluten d’aujourd’hui n’est pas le gluten d’hier et ne sera, sans doute pas, le même gluten demain.

Afin d’être productifs et d’optimiser les récoltes, les industries agricoles ont croisé les variétés de blés. Au final, on obtient des produits différents des céréales originelles que notre organisme était capable d’assimiler sans trop de problèmes.

Ajoutons à cette modification des céréales, un mode de vie particulièrement stressant, une alimentation pleine de produits industriels chargés en additifs et des polluants à gogo, vous obtenez un cocktail idéal pour créer de mauvaises assimilations de certaines protéines et des inflammations qui en découlent.


Du coup, le gluten on le remplace par quoi ?

Du riz, du maïs, du quinoa, du sarrasin mais surtout pas les premières formes du commerce venues. En effet, la plupart des produits proposés à partir de ces céréales, en grande surface, sont élaborés à base d’autres céréales, elles-mêmes modifiées (dont on n’a pas encore pu étudier les effets par manque de recul sur cette situation) et surtout, ils sont plein d’additifs… eux-mêmes source d’inflammations !

Comme dit l’adage populaire : cela revient à replacer un aveugle par un borgne…

Il serait peu cohérent de remplacer un aliment inflammatoire par un autre tout aussi inflammatoire (même si ce ne sont pas les mêmes molécules qui sont responsables).


Du coup, gluten ou pas pas… ?

Sauf si vous êtes clairement identifiés comme étant allergiques ou intolérants, l’éviction totale de gluten n’est pas une solution : votre corps a besoin d’un peu de tout, en quantité raisonnable et le priver d’une molécule c’est prendre le risque que votre corps ait une réaction encore plus inflammatoire, une fois à nouveau en présence de cette molécule.

Comprenez que si vous ne mangez plus du tout de pain (ou de gluten)… votre corps risque de vous réserver de "drôles" de surprises (plutôt désagréables) si vous veniez à en croiser à nouveau lors d’un repas en extérieur, par exemple.


Je vous conseille de bien choisir votre boulangerie et surtout votre boulanger : le choix de la farine, de son origine et de la façon dont le blé est récolté joue pour beaucoup. Le levain utilisé a aussi un impact.

Certains agriculteurs cherchent à remettre en culture des anciennes variétés de blé… celles-là même que les industriels avaient laissé aux oubliettes faute de rendements agricoles.

Ces blés sont mieux tolérés et sont forcément plus favorables que des produits à base de farines industrielles de maïs, riz etc.

N’hésitez pas à consommer des pains faits à base d’autres farines mais soyez vigilants sur leurs origines et surtout la façon dont ils sont transformés : il serait dommage de retrouver des additifs inflammatoires dans un produit cultivé et préparé avec soin.


Bon appétit !

50 vues0 commentaire